• H3C : le vietnamien discret et efficace

    Nez au vent en sortant d'une exposition à l'hôtel de ville, un peu fatiguées, un peu affamées, il ne nous a pas été difficile d'esquiver les racoleuses brioches dorées et leurs vils sandwichs industriels pour tomber en arrêt devant la porte étroite du H3C, spécialités vietnamiennes.

    La carte est bien centrée sur les spécialités vietnamiennes, pas de mélange des genres ou de confusion, on sait ce qu'on vient chercher. La salle est d'une élégance sobre et d'une propreté sourcilleuse ; c'est l'heure de pointe, les habitués viennent s'installer ou chercher à emporter, le parfum des plats est frais et franc : tous les indicateurs sont au vert.

    Nous commandons un Bo Bun, obligé. A une époque, j'en mangeais un chaque midi à côté du bureau ; c'était délicieux, la patronne faisait frire les nems à la commande, tous mes vêtements sentaient la crevette frite, mes collègues ouvraient les fenêtres quand je rentrais travailler l'après-midi ; les pauvres, ils mangeaient à la cantine!!! et un poulet au gingembre avec un bol de riz blanc. Le patron est plein de sollicitude pour ma fille : "le poulet au gingembre, ça pique un peu pour les enfants, non?"

    Haha, il ne l'a jamais vue manger une fondue 火锅 en trempant toute sa nourriture dans le bouillon pimenté! Nous le rassurons et les plats arrivent comme commandés :

    H3C : le vietnamien discret et efficace

    Hé bien déjà, la présentation, la vaisselle en porcelaine, sont aussi sobres et soignées que le décor, ça fait plaisir.  En effet, le poulet est piquant ; ce bon piquant qu'on ressent en croquant une lamelle de gingembre frais ; pas étonnant, le plat est rempli d'une julienne de gingembre encore bien parfumé. Ma fille se régale et ne manque pas de me faire remarquer que je ne sais pas préparer le poulet comme ça, en maîtrisant la cuisson pour que le gingembre reste craquant tout en ayant communiqué son parfum à la viande. Je crois bien que j'ai intérêt à m'y mettre rapidement...

    Bref, le Bo bun est là aussi !

    H3C : le vietnamien discret et efficace

    Hé hé, un bol carré, ça n'a l'air de rien mais ça donne tout de suite une autre classe. Vous vous en doutez, si je vous en parle, c'est qu'il était délicieux ce bo bun. Le patron devance ma question : "la sauce est dans le fond", je mélange comme il se doit, remarquant au passage le bon équilibre entre les vermicelles de riz, les crudités multicolores et les feuilles de menthe. Et le parfum qui se dégage, bien frais, rien d'agressif, pas le trop d'ail qui brûle, ni le trop de nuoc mam dont le sel écrase tout, non, juste bien. Il y a même la petite dose de piment, bien visible sur le dessus : je suppose que certains préfèrent l'enlever, mais je l'ai gardée et c'était parfait. Les nems ne m'ont pas laissé un souvenir particulier, mais le boeuf... totalement dépourvu de cet âcre goût de brûlé qui parfois gâche tout, finement tranché, bien fondant et parfumé.

    Quand le patron est revenu enlever nos assiettes totalement vidées, je l'ai remercié fort sincèrement : "Des bo buns, on en trouve souvent, mais des bons comme le vôtre, ce n'est pas courant". Même les cartes sont élégantes, ne perdez pas l'adresse :

    H3C : le vietnamien discret et efficace

    Tout cela nous a coûté moins de 15 euros en tout, confortablement installées en plein centre de Paris. Sans la conversation inepte et tenue à voix forte d'autres convives, on se serait crûes au paradis...

     

    « Ready made 4 : Viande sauce Yuxiang 鱼香肉丝Deux fois plus de piment : c'est aussi à emporter »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Première fille
    Mardi 9 Juillet 2013 à 18:43

    Encore moi, Première fille! J'ai mangé un bo bun il n'y a pas si longtemps dans un petit restaurant vietnamien que j'affectionne à Levallois Perret. Il était très bon. Rien que d'y penser, l'eau m'en vient à la bouche. Et un jour, il y a un peu plus longtemps, mon ami en a rapporté un soir, j'étais ravie de ne pas avoir à faire à manger et encore plus ravie quand j'ai goûté: c'était délicieux et franchement rare! Je crois bien que c'était le meilleur de tous les bo bun que j'ai jamais mangé! Tu as pris ça où? ai-je demandé,tu te rappeleras du restaurant? il s'appelait comment? Heu, m'at-on répondu, c'était vers Maisons-Alfort... Heureusement que grâce à toi, tu notes bien les adresses! Il ne me reste plus qu'à être moins désargentée et à y aller!

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    catxuesheng Profil de catxuesheng
    Mardi 9 Juillet 2013 à 23:20

    Ha ben oui mais justement, c'est pour ça que je tiens ce blog : j'en avais assez qu'on me demande "et la fois où tu m'as dis que t'avais mangé ça, c'était où? C'est ouvert le dimanche midi ou quoi? Hé, tu peux me conseiller dans tel quartier un resto pas cher et bon?" Là, tout est noté, rangé, facile à retrouver, et même dispo pour tout l'monde!!!

    Sinon, pour les fauchés, si tu passes dans le 11°, va chez Huali, une boîte à 5,5€ me fait deux repas, facile.

    Enfin, c'est vrai qu'un bon bo bun, ça réconcilie avec la vie. Si, c'est vrai, ça m'est déjà arrivé personnellement.

    SOS suicide, y distribueraient des bo bun au lieu de parler dans le téléphone, y z'auraient 100% d'appelants sauvés. Sûr.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :