• Deux fois plus de piment : c'est aussi à emporter

    Le premier restaurant chroniqué sur ce blog, à deux pas de chez moi, et chaque fois que j'y retourne, le bonheur d'y manger me bouleverse à nouveau. L'autre soir, avec Emla, on a décidé de prendre des plats à emporter. C'était trop bien, vous allez voir ça!

    Il faut que je vous explique pourquoi on voulait prendre à emporter. Après une année d'études à Chengdu, Emla venait, en 5 semaines à Paris, de passer 26 épreuves d'examens de chinois et de biologie. Il lui en restait une dernière le lendemain, à l'issue de laquelle nous avions prévu de tester un restaurant ouïghour nouvellement ouvert dans le quartier. Craignant de relâcher sa concentration, elle ne voulait pas d'une sortie tardive, mais la nostalgie de la cuisine du Sichuan était trop forte, il lui fallait une dose d'urgence.

    Côté décor, c'est toujours le service minimum, les gens qui rentrent là savent bien que ce qu'ils viennent chercher n'est pas dans une façade aguichante.

    Deux fois plus de piment : c'est aussi à emporter

    En attendant que la commande soit prête, on était sur le pas de la porte, une oreille dans la rue parisienne et une autre dans le Sichuan, gros coup de nostalgie pour Emla qui avait eu du mal à rentrer et grosse envie pour moi qui a tant envie d'y aller.

    Rentrées en courant à la maison, on déballe nos boîtes et je retiens les baguettes d'Emla "attends, faut faire une photo!". Non seulement elle accepte le délai mais elle a en plus le bon réflexe "faut prendre la bouteille de bière avec". Très juste.

    Deux fois plus de piment : c'est aussi à emporter

    De gauche à droite, on a un 回锅肉, en français, du porc au poireaux ; ce sont de fines tranches de poitrine de porc sautées avec un légume émincé qui ressemble au poireau et une sauce ... pimentée et agrémentée de poivre de Sichuan. Au milieu, des 鱼香茄子, les aubergines sauce Yuxiang, comment faire autrement? Des aubergines fondantes cuites dans une sauce sucrée pimentée parfumée à se rouler par terre ; je n'ai toujours pas réussi à mettre au point ma recette maison, mais je viens encore d'acheter des aubergines au marché, je ne renonce pas. Enfin, des pommes de terre sautées au cumin, pas du tout pimentées, juste bien parfumées.

    Tout était toujours aussi bon : dans mon souvenir le 回锅肉 était presque trop pimenté pour moi, mais cette fois, je l'ai trouvé parfait. On a tout fini jusqu'au bout, sauf la sauce des aubergines, versée dans une boîte en plastique et rangée au frigo. Deux jours plus tard, je l'ai réchauffée doucement à la poêle avant d'y déposer des cubes de tofu. Vous savez quoi? Je me suis bien régalée avec mon 鱼香豆腐 Tofu sauce Yuxiang improvisé.

    Le lendemain soir, en route pour le Ouïgour à quelques rue de là. Il était fermé, quelle déception! Ni une ni deux, on est retournées à Deux fois plus de piment et on s'est installées.

    Deux fois plus de piment : c'est aussi à emporter

    宫保鸡丁 Poulet impérial et 饺子 raviolis maison du Sichuan

    Deux fois plus de piment : c'est aussi à emporter

    Concombre sauté chaud

    Encore un sans faute. Mais quand on mange sur place, ce qui est difficile, c'est de voir les autres tables se garnir "hooooo, ils ont pris du 麻婆豆腐 Mapo Tofu, ça sent trop boooon" "ha mais regarde les nouilles froides au sésame derrière, si j'avais suuuuuuu".

    Bref, je risque d'y retourner!

     

    « H3C : le vietnamien discret et efficace干煸肉丝 : Viande émincée sautée »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :